La Stratégie Digitale


Comment accompagner la transformation digitale en entreprise ?

Depuis quelques temps, une problématique concerne tous les secteurs d’activité que ce soit en entreprise ou pour une collectivité : la transformation digitale. Qu’il s’agisse d’une école, d’un office de tourisme, de commerce de détail, du commerce de gros ou même de la santé, tous les secteurs sont en pleine mutation numérique.

En France ou à l’étranger, quelques « Pure Player » ont réussi à tirer leur épingle du jeu en prenant de l’avance, mais ils restent peu nombreux à s’être imposés. Quelques leçons peuvent être appris sur ces modèles, en les transposant à l’échelle de nos structures ( TPE, PME notamment ).Quels sont les méthodes applicables à la transformation digitale ? Quels sont les objectifs à atteindre ? Quels sont les risques et comment les gérer ?

A quelle problématique doit-on faire face ?

Lorsque l’on évoque la mutation économique digitale, beaucoup imaginent qu’il suffit de transposer son activité par un site la vente en ligne ou une application pour y parvenir, mais la mutation dont on parle va beaucoup plus loin.

Nous vivons une évolution significative de toutes nos habitudes. La notion de transformation digitale est en fait tout simplement la modernisation des métiers ( qui d’ailleurs n’existaient pas sous la même forme il y a 10 ans ). Qui dit « évolution » dit prise en compte de tout ce que cela implique. Tout s’enchaine comme un engrenage « logique » entre les actions marketing, technologiques, les recherches d’innovation, le système d’information, et les moyens logistique…

transformation-digitale_activitesA chaque activité ses besoins…

Les besoins utilisateurs et la concurrence poussent certains secteurs à se transformer. Les entreprises ont donc été « forcées » de revoir leurs habitudes, méthodes, façon d’agir ou de penser pour mieux répondre aux besoins de leurs clients.

Pour mieux comprendre ces niveaux de maturités différentes, il est important de se pencher sur le quotidien d’organisation selon les secteurs d’activités… et selon les différences de comportements clients. ( exemples ci-dessous )

Les Français restent tout de même les 3e consommateurs européens

transformation-digitale_stats

La transformation digitale étape par étape :

Afin de prendre en compte au mieux les étapes de travail attendues, sachons que les différentes études qui ont été menées indiquent qu’une stratégie digitale implique 3 grandes étapes clés dont la durée s’étend sur 1 à 2 ans de « mutation ».

  1. Construire et communiquer sa vision numérique du travail
  2. Cadrer le périmètre du projet en vue de vos transformations
  3. Accompagner le lancement global
  • Définir la vision cible, ( votre stratégie, vos ambitions et vos objectifs quantifiés )
  • Identifier les initiatives en cours ( étude de votre concurrence )
  • Identifier les ressources internes ( compétences existantes mobilisées vers votre projet )
  • Identifier votre maturité à aborder ces changements :
    • Selon les tendances de votre secteur d’activité
    • Selon votre capacité à intégrer le numérique actuellement dans votre société
  • Aligner la vision générale de la société sur la vision de la clientèle cible.
  • Identifier et prioriser les étapes du changement
    • Autres supports de communication à mobiliser
    • Enrichissement de vos supports numériques associés aux autres médias
    • Prise de décision (tests utilisateurs, données analytiques, etc.)
  • Mettre en place l’encadrement humain nécessaire à une réalisation efficace
    ( Equipe constituée définissant le rôle de chacun de bout en bout, de la conception aux phases de validation et lancement )
  • Planifier des étapes intermédiaires permettant de vérifier la cohérence des différents supports mobilisés.
  • Lancer la mise en oeuvre des différentes étapes projets avec une approche « pédaogique », se familiariser avec de nouvelles habitudes en étant partie prenante du projet.
  • Suivre rigoureusement les initiatives selon des critères de performance en différenciant les phases de développement et de mise en oeuvre. Se fixer un tableau de bord des différents types de retours.
  • Rechercher des partenariats externes afin de développer le relationnel en réseau et poursuivre le cycle de communication numérique

Le point commun entre les différentes étapes… pour les réussir…

Tout s’enchaine dès lors qu’il est possible de favoriser l’efficacité, c’est à dire décloisonner les équipes par la liberté de création et d’émergence des idées. Différents point de vue et usages interviennent sur un même projet digital. L’efficacité se recentre par la mise en commun des idées. On évite par exemple les doublons de compétences restant étanches les uns aux autres ( interlocuteurs digitaux au sein d’une Direction Marketing et interlocuteurs digitaux au sein d’une DSI ). L’échange et la confrontation des possibilités sont indispensables.

Constituer une bonne équipe de talents digitaux

La mutation est avant tout une question de personnes et de projet d’entreprise. Il est donc indispensable d’identifier les compétences actuellement présentes au sein de l’entreprise, et d’organiser la montée en compétences de ceux qui le souhaitent (pratique, formations etc.). La réflexion initiale et l’échange humain sont des points capitaux tout le long du projet, afin d’être en phase avec les perspectives de l’entreprise.

L’utilisateur reste la donnée au cœur des décisions.

NuageUne stratégie digitale réussie mélange les initiatives d’images aux objectifs techniques à respecter.

Même si le modèle organisationnel scinde chaque service et compétences, il est capital de travailler en étroite collaboration avec les DSI afin de bien appréhender les impacts sur les systèmes d’informations déjà en place ( ou à venir ) et favoriser le travail en équipe.

Le succès de l’accompagnement et de l’évolution digitale passera inévitablement par des équipes techniques qui sauront se montrer agiles et flexibles. Dans certains secteurs cela sera plus complexe à organiser, notamment lorsque les enjeux de sécurité sont stricts.
Le rôle de chacun aura son importance. L’idée est au service de la technique et inversement. L’échange reste primordial et la bonne collaboration des équipes est la clé du succès.

Une nouvelle culture se développe

La culture d’entreprise a un rôle important dans la transformation digitale. En effet, elle sera par exemple plus facile à mettre en oeuvre dans un contexte où les phases de conception restent un moment privilégié pour voir loin et devant.

Pour certains secteurs d’activités, des adaptations à la fois techniques et humaines seront une nécessité ( là où les habitudes papier sont les plus ancrées ). La transformation digitale passera alors forcément par une très forte communication interne en parallèle du projet établi. Si l’équipe ne se sent pas impliquée dans la démarche de transformation digitale, ( ou si ils n’identifient pas clairement ce que cela va apporter, cela pourra devenir un frein ). L’implication humaine générale est une étape capitale ( Direction, RH, Différents services…)

L’objectif est également d’anticiper les risques.

Pour cela, il reste important d’accompagner le changement par la pédagogie et la communication en anticipant l’évolution des métiers et les impacts sur les métiers « non-digitaux ». L’impact «  pratique » est significatif et il reste important de transposer les applications pratiques « maitresses » aux supports de communication adaptés.
D’une collectivité, au praticien de santé, à la PME de Bâtiment ou à la profession juridique voire encore au commerçant de détail par exemple… les impératifs de dématérialisation du travail ne sont absolument pas les mêmes.

La taille de l’entreprise a toute son importance dans les choix entrepris.

Plus la taille du groupe est importante, plus les phases de validation sont longues et peu propice à une transformation digitale «  rapide ». Les technologies évoluent très vite et un point de vue de début d’année ne sera plus le même quelques mois plus tard en pratique. La peur de l’échec et la crainte de « ne pas prendre la bonne décision… car on ne sait jamais ce que cela peut donner » comptent parmi les principales causes d’échec. Il faut donc avancer de façon souple et rapide, sans peur de la remise en question.

Un état d’esprit d’amélioration continue.

Un mode de fonctionnement agile, basé sur la remise en question et les retours d’expériences est un mode de pensée au sein duquel l’échec n’est pas une fin en soi mais une expérience utile sur le chemin de la réussite. Ces retours d’expériences peuvent s’illustrer par des retours de tests utilisateurs, ou par l’analyse des échecs et réussites pour en synthétiser des actions concrètes à mettre en œuvre au fil du temps. Bref, rien n’est jamais fini et suivre les tendances permet de rester actif et compétitif.

transformation-digitale_3